Questions


Pourra-t-on m’imposer l’usage d’un médicament générique plutôt que mon médicament d’origine qui a fait ses preuves?

Pas vraiment, mais …

  • D’abord, rappelons que les médicaments génériques sont des copies des médicaments originaux (brevetés) pouvant être commercialisés après l’échéance des brevets qui les couvrent;
  • Ils contiennent les mêmes ingrédients actifs, en même quantité, et ils doivent se conformer aux mêmes normes fédérales strictes, notamment au regard de la fabrication et du contrôle de la qualité du produit. Le médicament générique est donc considéré comme équivalent du point de vue thérapeutique au produit d’origine1;
  • Règle générale, dans le volet public du régime d’assurance médicaments actuel du Québec, la RAMQ rembourse au pharmacien le coût de la version générique d’un médicament inscrite sur la liste;
  • Certaines exceptions existent toutefois. Le remboursement d’un médicament d’origine peut se faire si la mention ne pas substituer, inscrite par le prescripteur, est accompagnée d’un code justificatif qui correspond à des considérations thérapeutiques reconnues et spécifiques à la condition du patient (exemples : allergie, intolérance documentée);
  • En l’absence de telles considérations thérapeutiques, les patients peuvent continuer de demander et d’obtenir le médicament d’origine, mais ils doivent alors payer la différence de prix;
  • Dans les faits, de plus en plus de régimes privés ne remboursent maintenant que l’équivalent du coût du médicament générique lorsque celui-ci est disponible. La substitution générique obligatoire afin de contrôler les coûts est une réalité avec laquelle les gens composent déjà. Toutefois, le régime public s’est montré, en moyenne, plus efficace dans la substitution générique que les régimes privés (taux de substitution de 77,6 % contre 59,5 %). La plus faible promotion des génériques ainsi que l’utilisation, par certains régimes privés, de listes de médicaments élargies, sans restriction, ni contrôle des prix, expliquent cette différence2
  • En 2014, « le recours aux médicaments génériques [aurait] permis de faire économiser aux gouvernements, aux employeurs et aux patients canadiens près de 15 milliards de dollars. […] toute augmentation de 1 % de la consommation de médicaments génériques se [traduirait] par des économies supplémentaires de 434 millions de dollars3. »

1INESSS [s. d.] Qu’entend-t-on par médicaments génériques?, [En ligne], [https://www.inesss.qc.ca/thematiques/medicaments/medicaments-evaluation-aux-fins-dinscription/foire-aux-questions-sur-les-medicaments/medicaments-generiques.html].

2GOBEIL Daniel (2017). Méthodes de contrôle des coûts de l’assurance médicaments, [En ligne], [http://www.colloque.ca/fichiers/2017-9nov/Gobeille.pdf].

3COMITÉ PERMANENT DE LA SANTÉ (2018). Un régime d’assurance médicaments universel pour tous les Canadiens : Une nécessité, [En ligne], [http://publications.gc.ca/collections/collection_2018/parl/xc62-1/XC62-1-1-421-14-fra.pdf].